Une certaine conception de l'effort pour combler le déficit public...

Publié le par presse libre picarde

 undefined
Une info que la presse régionale (audiovisuelle et écrite passe à la trappe)...
On apprend que notre président qui justifiait sa faramineuse augmentation de 206% par un souci de transparence perçoit toujours depuis le 6 mai son salaire de ministre de l'Intérieur !
 On se souvient de l'augmentation du salaire présidentiel que s'était généreusement accordé Nicolas Sarkozy. Elle se justifiait par une volonté de "plus de transparence". Du moins avait-il osé le prétendre - mais n'est-il pas celui qui ose tout. En fait de transparence, on a d'abord eu droit à la valse des chiffres : la majorité a commencé par évoquer 140% d'augmentation, avant de corriger à 172, jusqu'à ce qu'on s'aperçoive, grâce aux calculs précis de certains députés de l'opposition, que l'augmentation était en réalité de 206 % ! Le Président lui-même, pris la main dans le sac, en flagrant délit d'enrichissement personnel non justifié - il est déjà logé, blanchi et nourri dans le luxe inouï de notre monarchie républicaine -, avait tenté de noyer le poisson. De son explication embrouillée ressortait que Jacques Chirac, en plus de son salaire de Président, touchait un complément en retraites variées, pour lesquelles il avait cotisé durant sa carrière politique. Et que les Français ne le savaient pas et qu'il fallait désormais que tout se sache. Ce qu'avait oublié de nous dire le président et qu’ à ce moment-là, c'est que lui-même, depuis mars et jusqu'à maintenant, avait demandé - et évidemment obtenu - de continuer à percevoir son... salaire de ministre de l'Intérieur !

undefined

Au 31-12-2007 il a continué
de percevoir son salaire de ministre de l'Intérieur

La bombe explose dans l'édition  du Canard enchaîné, relayée par Politique.net. Explication : pour permettre à un ministre de retrouver un emploi, le versement de son salaire est en effet maintenu durant 6 mois, c'est la règle. Sarkozy ayant démissionné en mars, il aurait dû cesser de le toucher au 1er octobre, à condition de ne pas avoir trouvé le moindre boulot depuis le mois de mars, or il est président de l'U.M.P. et touche donc un maximum de ce côté là ! ! ! Or il a demandé à ce que cette rémunération de ministre de l'Intérieur, soit prolongée jusqu'au 1er janvier 2.008, jour d'entrée en vigueur de son augmentation officielle de 206%. Au nom de quelle justification ? Peut-être faut-il chercher du côté de Pierre Lellouche, inénarrable conseiller de Sarkozy, qui trouvait anormal que le Président soit payé comme "un petit cadre moyen". Vous en connaissez beaucoup, des petits cadres moyens à 7.500 euros nets (d'argent de poche) ? La droite qui voudrait réconcilier les Français avec l'argent n'a aucune idée de la réalité du pays, aveuglée par son fol appât du gain: nouvelle illustration après celle donnée par Jean-François Copé, alors ministre du budget, pour qui les classes moyennes émargeaient à 4000 euros nets par mois ! Le même Copé qui cumule avec ses rémunérations d'élus un salaire d'avocat dans un cabinet d'affaires...
> Pour revenir enfin au sujet, en résumé, Nicolas Sarkozy, l'homme qui reprochait à son prédécesseur de toucher en catimini ses retraites en plus de son salaire de Président, justifiant ainsi sa  propre augmentation, touche depuis le 6 mai non 7500 euros, rémunération normale du Président, mais 11 500 euros nets, en ayant conservé son salaire de ministre de l'Intérieur - qu'il n'est plus depuis fin mars. En toute opacité : qui l'eût su sans la révélation du Canard ? Ajoutons qu'il ne s'agit pas de divagations de la part du palmipède puisque l'Élysée a... confirmé l'information ! "Ensemble, tout devient possible" : là-dessus au moins, le président Sarkozy ne mentait pas. 
salaire-sarkozy.jpg
: Pour mémoire, Bolloré a d'énorme contrats avec les ministères (en particulier l'Intérieur) et Mr Nicolas Sarkozy ne pouvait l'ignorer en mais 2.007, quand il naviguait sur le yacht Bolloré et voyageait dans le Falcon Bolloré ! ! ! Il s'agissait donc bien de corruption ! ! !
 Dans d'autres pays voisins, rien que pour 1 seul de ces 2 délits il serait obligé de démissionner ! ! !
 

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Matthieu 16/01/2008 14:37

Cher presse libre picarde,

Je sais très bien qu'il y a des pages nationales et internationales dans les deux quotidiens régionaux à Amiens (il y en as d'autres dans l'Aisne et l'Oise). Ceci dit, je les parcours rapidement. Ces journaux récupèrent des dépêches d'agences, style AFP. Et si je souhaite m'informer sur l'actualité nationale ou internationale, je préfère lire la presse nationale, style Libération ou Le canard Enchaine (surtout pour ce genre d'infos)
Quand à la télé et radio, elles disposent toutes les deux d'éditions nationales, réalisé par des rédactions, nationales.
Je trouve donc assez facile de tirer d'entrée sur les journalistes et la presse locale, bien qu'elle soit criticable, pour un sujet nationale

Rocco 16/01/2008 12:28

Honte sur lui !!!"je ne laisserais personne sur le bord de la route"qu'il a dit le gars, une chose et sur IL ne s'oublie pas!Charité bien ordonné commence par soi mm!!
Le gouja, le bougre, le salaud!!
Le president de tt les français qui disait!!!!
C'est pas le mien en tt cas!!!!
Que ça va etre long 5 ans!!!

NATHALIE 16/01/2008 11:06

Le peuple souffre, Versailles danse

Bernard 16/01/2008 11:03

On devrait payer les présidents des républiques comme les chinois payaient leurs médecins. On pourrait même ne pas lésiner sur le montant versé... seulement quand le pays irait bien et les familles seraient heureuses!
Évidemment, il n'y aurait plus pléthore de candidats!

MARINE 16/01/2008 10:25

L’homme cherche le Pouvoir, la Richesse et les Femmes.
Lorsqu’il a tout ça, il deviennent un homme imprévisible. ne sachant plus quoi faire pour assouvir ses désirs et est capable du pire.
N’oublions pas que Hitler avait été élu par le peuple allemand,
on connait la suite. Aucun médecin n’oserait prouver à un peuple que son dirigeant et un “malade”. Je pense que la France va droit vers une dictature.