Xavier Darcos en visite aujourd’hui à Amiens

Publié le par presse libre picarde

Dans le cadre de sa visite à Amiens Xavier Darcos le ministre de l’éducation a rendu visite ce matin à la principale du collège Cézar Franck agressée en décembre dernier.
Il a promis plus de sécurité, de réponses ainsi qu’un service minimum en cas de grève. C’est dans ce cadre qu’il a signé ce matin une convention pour la lutte contre la violence scolaire : initiadroit (une convention  signée le 16 janvier entre la garde des sceaux Rachida Dati et Xavier Darcos ministre de l’éducation).
Celle-ci met en place une collaboration renforcée entre la justice, la gendarmerie et la police au sein de l’établissement scolaire. Gilles de Robien au cour du reportage revient sur
Le service minimum à l'école, qui sera expérimenté à ce jeudi suite à un  préavis déposé par l’ensemble des syndicats de la fonction publique.
 
Laffitte Mourad,Claire Lahaye,  (credit photo laffitte mourad l'humanité)

Publié dans politique

Commenter cet article

MARTINE 22/01/2008 21:40

Ah bon? Mr de Robien
Tiens donc; l'état pourrait financer la garderie les jours de grève avec les prélèvements sur traitements? Pourtant la droite a toujours laissé l'opinion publique croire que les enseignants grévistes touchaient leur salaire... Les professeurs des écoles(ex instituteurs) ont des traitements modestes par rapport aux études suivies et à toute la paperasse qu'on leur demande de remplir pendant des heures pour justifier tel ou tel projet...Comme tout le monde, ils ont besoin de leurs sous,et pour eux la grève ne sert plus à grand chose, sinon à faire gagner de l'argent à l'état. Il y en a plusieurs dans ma famille et c'est ce qu'ils me disent... Qu'on leur donne plutôt des conseils et des moyens pour lutter contre les difficultés de certains enfants que des beaux parleurs ne supporteraient pas plus d'une heure... Le concours est accessible à tout titulaire d'une licence

Bob le rouge 22/01/2008 20:41

avant de parler de service minimum
Il faudrait déjà que l'Education Nationale remplace tous les enseignants en formation, en stage ou en congé maternité, ce qui n'est plus le cas par manque de personnel... assurer d'abord le service, on parlera ensuite du service minimum : on pourrait d'ailleurs proposer le curé ou le pasteur pour remplacer l'instit en grève vu la déclaration du président au Vatican : 'Dans la transmission des valeurs, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le pasteur ou le curé parce qu'il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d'un engagement porta par l'espérance
et le 24 tous et toutes dans la rue!!!!!!!!!!!!

fabien 22/01/2008 20:36

comme son chef( Nicolas Sarkozy)
le dénommé Fillon, il est aussi au service minimum, non?

Maxime 22/01/2008 20:32

Encore un effet d'annonce
1) Ce n'est qu'un effet d'annonce qui aura peu d'effet dans la pratique: beaucoup de mairies, et notamment Paris, organisent déjà "un service minimum" en payant des animateurs pour garder les enfants lorsque les enseignants sont en grève. Ce sont les mairies qui organiseront la garde des élèves, pas les enseignants. 2) Cher Arkane, je ne comprends pas les gens comme vous qui pensent que des vacataires devraient avoir les mêmes droits (et mêmes salaires) que des titulaires qui ont eu le Capes. Vous avez raison sur un point: ce n'est pas le Capes qui aide à enseigner, mais il y quand même une formation d'un an et des stage saprès l'obtention de Capes. C'est un concours difficile, pourquoi certains se fatigueraient à le passer pour avoir les mêmes droits que ceux qui se pointent comme des fleurs au rectorat. Les vacataires ne sont pas des enseignants car ils ne sont pas formé, ce n'est pas un métier que l'on exerce comme ça, comme on livrerait des pizzas. Le capes permet de recruter des gens motivés qui se sont donné la peine de travailler dur pour faire le metier qu'ils ont choisi, même si ce concours est critiquable, c'est au moins un gage de motivation. Les vacataires qui se sentent exploités peuvent se présenter au capes! deplus les vacataires se préocupent souvent plus de leur statut que de leurs élèves. Au lieu de vous battre pour une titularisation, battez vous pour une augmentation des postes aux concours. Cher Arkane, bon courage pour le capes, les titulaires ne seront pas d'accord pour laisser les vacataires ou les contractuels acceder à notre statut sans concours ni formation

Pierre de st Leu 22/01/2008 20:29

Une solution à l'absentéisme
des professeures. Il faut embaucher plus d'hommes. Ils n'ont pas de règles douloureuses et de grossesses nerveuses tous les quatre matins. Les gouvernements qui ont remplacé les bons vieux maîtres d'écoles de la communale, pour faire des économies en sous payant les femmes, n'ont qu'a s'en mordre les doigts