Lettre d'Aimé Césaire : « Un monument de plus, certes, mais ce n'est pas un monument de trop »

Publié le par Presse indéPicarde



Aimé Césaire : Soutien au Projet d'Édification à Amiens d'un Monument Commémoratif de l'Abolition de l'Esclavage

Soutien au Projet d'Édification à Amiens d'un Monument Commémoratif de l'Abolition de l'Esclavage





                    « Ils sont nombreux, les monuments qui célèbrent des hommes politiques, des hommes de guerre, de science, de culture, des arts et des lettres. Des hommes qui ont fait l'hégémonie de la France et dont les empreintes sont encore visibles dans notre temps, et parfois jusqu'aux extrémités de la terre. Je suis fière et je célèbre de façon solidaire cette histoire glorieuse de notre patrie.


Toutefois, une juste appréciation de l'histoire nécessite que l'on change de perspective. Et c'est sous cet angle de vue que l'on voit apparaître une autre facette de l'histoire, l'évidence même que l'ignoble, l'infâme et l'innommable a obtenu l'adhésion du plus grand nombre, l'évidence même
qu'un crime contre l'humanité a été perpétré : l'Esclavage des Noirs !


Des hommes et des femmes ont été éloignés de leurs amours, arrachés à la terre d'Afrique puis soumis à des traitements humiliants. Les auteurs de ce crime faisaient l'apologie du progrès économique, cependant, toutes leurs actions mettaient en lumière leur propre régression dans la perception de l'humain dans cet être vivant d'une couleur différente de la leur, un être de couleur ébène et appartenant à une civilisation riche par sa langue, ses rites, ses croyances, bref, riche par sa culture.


L'Esclavage est une tragédie historique souvent trop enfouie dans les livres, cachée dans les musées, inaccessible aux nouvelles générations et pour laquelle il y a peu d'actes pédagogiques en direction du public en France Métropolitaine. Nous nous devons d'agir pour la justice et l'égalité en corrigeant le différentiel énorme qu'il y a en France sur le plan mémoriel entre l'esclavage des noirs, les héros et martyrs blancs des deux guerres mondiales et l'holocauste des juifs.


Des monuments commémorant l'Abolition de l'Esclavage doivent donc apparaître, surtout dans le paysage des régions et villes qui sont des grands carrefours touristiques sur le plan international.

Dans ce sens, le projet de
l'Union Des Africains (en sigle UDA), qui consiste à ériger à Amiens, département de la Somme (80), un monument dédié à l'Esclavage et son Abolition mérite d'être soutenu. Il est en adéquation avec l'esprit de la journée du 10 mai (Journée Nationale de Commémoration de l'Abolition de l'Esclavage).

Des questions fondamentales se posent : un monument pour qui ? Un monument pour quoi ? À ces questions je réponds avec force :

- Un monument pour eux, les Esclaves bâtisseurs malgré eux et dans des conditions effroyables de cette France rayonnante.
- Un monument pour eux , les Africains Noirs qui ont vécu le traumatisme de l'enlèvement de ceux qui leur étaient très chers.
- Un monument comme expression nationale et universelle de demande de pardon à ces victimes de l'Esclavage, et pour dire notre vigilance et notre lutte contre toutes les formes modernes d'esclavage.
- Un monument comme lieu de rencontre et de recueillement des descendants africains, afro-antillais, afro-américains... devant cet ancêtre inconnu avec lequel ils sont tous parentés.
- Un monument pour dire le refus de tous les hommes de voir les intérêts personnels, nationaux et communautaires se développer dans le mépris et l'écrasement des autres peuples, en particulier le peuple africain. »

Fort de France, 13 février 2008                                           Aimé Césaire








Retour en images sur la Commémoration de l'Abolition de l'Esclavage
(9 et 10 mai)


Michel Kitoko, Jean-Louis Piot et Jacques Ébosse à la Commémoration de l'Abolition de l'EsclavageMichel Kitoko (à gauche, Président de l'U.D.A), Jean-Louis Piot (Conseiller général), Jacques Ébossé (Président S.O.S Racisme).

La Chorale Multi-Voix à la Commémoration de l'Abolition de l'EsclavageLa Chorale Multi-Voix, rue de Noyon, devant le Grand Hôtel de l'Univers.




Yanick Leflot-Savin à la Commémoration de l'Abolition de l'EsclavageYanick Leflot-Savin faisait partie des
intervenants lors de la conférence :
« L'esclavage et sa continuité au 21è siècle »




La lecture du Code noir à Commémoration de l'Abolition de l'EsclavageLe Code noir est un recueil d'une soixantaine d'articles promulgués en 1685 sous le règne de Louis XIV, qui rassemble toutes les dispositions réglant la vie des esclaves noirs dans les colonies françaises. Sa lecture permet de protéger les générations à venir contre l’esclavage moderne, l’asservissement, les injustices et le mépris de l’autre.

Jean Claude Manebard à la Commémoration de l'Abolition de l'EsclavageJean Claude Manebard (Président de l'Association des Antillais d'Amiens) a déclamé quelques poèmes d'Aimé Césaire.

Requin Blindé avec la Compagnie Quasar à la Commémoration de l'Abolition de l'EsclavageL'illustre percussionniste Requin Blindé avec la Compagnie Quasar.


Requin Blindé avec la Compagnie Quasar à la Commémoration de l'Abolition de l'EsclavageLa place Gambetta danse sur des rythmes chauds...


L'Union Des Africains (U.D.A) à la Commémoration de l'Abolition de l'Esclavage : Marie-Noël, Yda, Affunaly, Patrice, LandryQuelques membres de l'Union Des Africains (U.D.A) : Marie-Noël, Ida, Affunaly et Patrice, organisateurs de l'évènement.

Idlers Row à la Commémoration de l'Abolition de l'EsclavageLe groupe Idlers Row (Raggae) execute parfaitement son set.
 

Lectures de poèmes à la Commémoration de l'Abolition de l'EsclavageNouvelles lectures de poèmes entre deux concerts.
 

Toma Sidibé à la Commémoration de l'Abolition de l'EsclavageDanse des plus jeunes dans le public.




Toma Sidibé à la Commémoration de l'Abolition de l'Esclavage...le chanteur Toma Sidibé termine sur une note festive et invite tout le monde sur scène.



Publié dans culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article