Rencontre avec Augustin Legrand au 4è Festival International du Film grolandais

Publié le par Presse indéPicarde


À l’occasion de la sortie du film « Les Enfants de Don Quichotte », nous avons interviewé le fondateur des Enfants de Don Quichotte et co-réalisateur du film Augustin Legrand, que nous avions suivi en 2006 dans le cadre de reportages sur le Canal Saint-Martin. Au cours de cet entretien il revient sur les questions de politique du logement.


 


Mourad Laffitte pour Presse IndéPicarde


Bande-annonce du film





SYNOPSIS


Le 26 octobre 2006, Augustin Legrand et Pascal Oumaklouf, de simples citoyens, décident de vivre Clans la rue, au plus proche des sans-abri afin de les fédérer et de les amener a exiger le respect de leurs droits fondamentaux. Véritable camp retranche, le Canal Saint-Martin fut pendant plusieurs mois le lieu dune nouvelle résistance. Voici I'histoire de leur combat dont ce film est un prolongement, une arme et un outil.



Partager cet article
Bookmark and Share

Publié dans Mouvement Social -

Commenter cet article

Alain 23/09/2008 19:58

Augustin est très bien, un peu véhément, mais cela ne saurait me déplaire, et qu'il fasse du bruit quand tout le monde cherche à étouffer le tout au fond du confort de la nuit, voilà ce qui manquait depuis tant d'années de vieillesse de l'Abbé "révolutionnaire"!

Ca ne leur convient pas, eh alors, la foule des opprimés de la Cour des Muracles saura bien leur couper, sans qu'ils s'en doutent, d'un rasoir leste, les bourses, nom de dieu!

C'est ce que je te dis, pourquoi te tortures-tu à fréquenter les pires de France, les plus riches, donc les plus attirés par les sous, pauvres y compris, fais attention qu'à leur contact, pour au départ les aider, ces pauvres, tu ne te fourvoies et devienne un parmi ces maudits parisiens, qui évidemment, sont VACCINES de la misère du monde!

Alors que dès que tu consentiras à quitter ce Merdoirat très bien organisé sans qu'il y paraisse, tu deviendras celui que tu es, aidant mais vivant aussi, dix fois moins emprisonné par les riches!

Libère-yoi vite de cela, apprends encore, autrement, et lorsqu'ailleurs ne te plaira plus, alors reviens dans ta niche, ouillouillouille, je vais encore me faire mal aimer, si c'est Calcutta qui te plaît de soigner!

Mais Thérésa a voyagé, avant de s'acharner sur elle!

M'est avis qu'on va encore entendre causer l'Augustin sur les ondes cet hiver et que cela déplaira énormément à nos collègues du Brassard Planqué, mais noir d'honneur.

Eh oui, à force je vais finir par causer Diapason, sauf qu'il dit parfois des trucs qui ne sortiront, je le jure sur sa tête clairsemée à force de privation et d'éloignement des chantiers, de ma voix-couperet!

Il n'existe en ce monde aucun être vivant viable qui pourrait à la fois aimer Stan Gets le Dieu et détester Vasseur, mais quand on est payé pour, tout devient possible, vendu, merdu, olé!

THOMAS 22/09/2008 20:52

Une belle initiative mais il ne faudrait pas que cela reste ephémère. Nous parlons beaucoup des sans-abris l'hiver avec la chute des températures mais il ne faudrait pas en rester à ces seules actions, bien qu'elles soient extrêmement importantes. Je pense qu'il faut distinguer l'urgence du développement dans les questions qui touchent au social et à ces différentes problématiques. L'hiver, il y a souvent urgence, mais des gens qui dorment dans la rue, il y en a hiver comme été, printemps comme automne...
Cette question nous concerne tous, tous les jours...

HJ 22/09/2008 20:51

AUX TENTES CITOYENS, FORMEZ VOS CAMPEMENTS

Ce soir, dans la rue, j'ai rencontré l'homme de ma vie.
Comme il désire encore garder l'anonymat, je l'appellerai Nicolas-François Royal.

Il fait partie de la France qui souffre.
Il fait partie de la France qui se lève tôt.
Il travaille au froid dans le BTP.
Il construit le logement qu'on lui refuse.
Il fuie les foyers pour leur insécurité, et leur indignité.
Il n'espère plus avoir de logement social avant 2012.
Ce soir, encore une fois il dort dans sa voiture.
Demain il reviens nous voir avec tous ses copains d'infortune.

Vous voulez savoir ce qu'il veut nous dire.
Je vais vous le dire.
Aujourd'hui, il veut de la sécurité.
Il veut de la dignité.
Il veut un campement citoyen sur et digne à Grenoble et partout en France.
Pour demain Il veut un logement pour tous les SDF qui le demandent.
Il ne veut plus jamais pour lui et pour tous les hommes, être obligé de dormir à la rue.

Vous voulez savoir ce que je pense.
Je vais vous dire.
NOUS AVONS PERDU LA RAISON
NOUS MARCHONS SUR LE TETE.
J'AI HONTE, HONTE D'ËTRE UN HOMME.

Si le jour des élections, un seul SDF n'a pas le logement qu'il demande.
Comme Johnny, Je fuis le PAYS DE LA HONTE, PARCOURS LE MONDE, ET HURLE HURLE MA HONTE D'ETRE UN HOMME.

Les enfants de Don Quichotte ne veulent pas de pouvoir, ne veulent pas d'argent. ils veulent pouvoir hurler leur honte.

SARKOZY, BAYROU, ROYAL ne lâchez pas, Nous avons besoin de vous, Nos enfants ont besoin de vous.

Associations, Partis politiques, Médias, Syndicats, Entreprises, Citoyens. Signez la charte des Enfants de Don Quichotte.

Jeunes sans avenir et sans projets, France qui se lève tôt, France qui a peur pour elle et ses enfants de finir SDF. Prenez vos tentes et vos duvets, et PARTOUT EN FRANCE REJOIGNEZ-NOUS

La vie n'est pas précaire; LA VIE EST BELLE.
AUX TENTES CITOYENS,
FORMEZ VOS CAMPEMENTS,

PREVENEZ VITE VOS AMIS, VOS VOISINS, DIFFUSEZ SUR INTERNET
LES AMIS DE LA MISERE LEVENT DEJA L'ETENDARD SANGLANT DE LA TYRANNIE

Du paradis l abbé pierre 22/09/2008 20:43

AH augustin mon fils que je suis fiere de toi
c'est pas comme Martin Hirch qui et avec Sarkozy

MAX 22/09/2008 12:34

enfin finit les vacances bandes de couleuvrs!!!!
allez au boulot c est pas parsque la gauche est au affaires que tout est reglées!!!!!
salutation