GOODYEAR AMIENS NORD : 817 licenciements

Publié le par Presse indéPicarde

Suite à la réunion du CCE de GOODYEAR DUNLOP TIRES FRANCE de ce 26 mai, la direction a annoncé : 817 licenciements pour l’activité du pneu tourisme ; la mise en vente de l’agraire qui concerne plus de 440 postes.
 
Une journée d'action est prévu ce mardi 26 mai .
 Les huit organisations syndicales appellent les salariés à faire du 26 mai 2009 une journée de mobilisations décentralisées sur les localités, les entreprises et établissements dans des modalités diverses (grève, rassemblement, délégation, etc.) en fonction des réalités locales et visant à la participation du plus grand nombre. Des rassemblements sont également organisé à : Amiens 17 H 30 à l’angle de la rue Lamartine (près du MEDEF)
Abbeville 17 H 30 Place de l’Hotel de Ville
 Woincourt 16 H 00 devant la chambre patronale
Ham 14 H 30 Esplanade du Château
 Doullens 11 H Place de la Mairie est qui devrais se traduire par plusieurs initiatives organisées sur les lieux de travail. Celles-ci vont prendre des formes très diverses (rassemblement, distribution de tract, grève, etc.). Elles vont permettrent d’élargir la mobilisation et de l’ancrer dans les entreprises et établissements à partir des revendications des salariés. Pour travailler la convergence, des rassemblements sont prévus dans l’ensemble du département.
Laffitte Mourad

Un drame qui suscite de nombreuses réactions :
Nous avons rencontré vers 13H00 Gilles Demailly Maire d'Amiens et président d'Amiens Metropole: il nous exprime son sentiment de colère suite à l’annonce par la direction de Goodyear Dunlop Tires France de la suppression d’environ 820 postes dans la division pneu tourisme de l’usine Goodyear d’Amiens.Cette décision inadmissible s’accompagnera de la perte de nombreux emplois induits – sans doute autant –sur le bassin d’emploi d’Amiens, déjà durement touché par le chômage ces derniers mois. Pour Gilles Demailly, l’annonce de Goodyear Dunlop Tires France n’apparaît pas comme une surprise au regard du manque d’investissements de la direction internationale du groupe ces dernières années dans son usine amiénoise. Les contacts que Gilles Demailly a entretenus avec la direction nationale depuis son élection à la mairie d’Amiens en mars 2008 n’avaient jamais permis d’entendre un discours rassurant. La menace d’une revente éventuelle de la division pneus agraires ajoute encore aux incertitudes qui pèsent sur le site amiénois et l’avenir des salariés. Le maire d’Amiens réitère toute sa solidarité aux salariés de Goodyear qu’il a toujours soutenus dans leur combat, y compris judiciaire, et appelle les habitants de la métropole amiénoise à manifester leur soutien et à être présents à leurs côtés dans le drame professionnel, personnel et familial qui les touche. A cette fin, un registre sera mis à la disposition des Amiénois dans chaque mairie de proximité de la ville. Après Continental, c’est un deuxième coup très dur porté en quelques mois à la Picardie et à son tissu industriel. Gilles Demailly exige du gouvernement, dont il a déjà rencontré des représentants à plusieurs reprises ces derniers mois, une intervention rapide et efficace.


COMMUNIQUE DE PRESSE De SUD
 A Amiens, GOODYEAR jette à la rue 817 familles !!!! L’UNION SYNDICALE SOLIDAIRES de la SOMME dénonce la détermination de la Direction de se séparer de 817 salariés !!!!! Le suspense aura duré 2 ans et demi, voici le résultat : La Direction de GOODYEAR après avoir fait travailler ses salariés dans des conditions inacceptables où les accidents du travail étaient quotidiens. Après avoir essayé de détruire plus profondément leur santé et de les éloigner de leur famille en voulant leur imposer les « 4X8 » !!! Elle décide : De se séparer des 817 salariés affectés au secteur Tourisme, secteur où la direction a cessé d’investir depuis 15 ans !!! •De vendre l’activité agraire, activité rentable : 1000 pneus par jour !!! Et pourtant, GOODYEAR n’est pas une entreprise en perdition !!!! •GOODYEAR est le deuxième producteur de pneus dans le monde de la voiture à l’avion en passant par le camion •L’action de GOODYEAR a monté de 0,26% ce jour (et combien, demain après l’annonce du plan « social » !!!) •GOODYEAR est le fournisseur officiel de la limousine du Président américain B. OBAMA. •GOODYEAR assure une vitrine très diversifié : pneus, courroies, chaussures (en partenariat avec ADIDAS),… Après, WOLBER (filiale de MICHELIN) à Soissons (02), CONTINENTAL à Clairoix (60), voici une nouvelle fois l’industrie du pneu touchée en Picardie!!!! L’UNION SYNDICALE SOLIDAIRES de la SOMME appelle tous les salariés du privé et du public à s’opposer aux politiques menées par ces gouvernements et patrons capitalistes. Combien de salariés licenciés, combien de famille sur le carreau ??? Ensemble, entrons en résistance et de construisons la GREVE GENERALE. L’UNION SYNDICALE SOLIDAIRES de la SOMME restera toujours aux côtés de ceux qui luttent !!!!! Francois Girodon

 Caroline Cayeux Présidente du groupe « Aimer la Picardie » UMP –Nouveau Centre et Indépendants
817 licenciements à Goodyear Amiens Une nouvelle catastrophe humaine s’abat sur la Picardie A l’annonce officielle, ce mardi 26 mai 2009, d’un nouveau plan social de 817 licenciements à Goodyear Amiens, Mme Caroline Cayeux, Présidente du groupe « Aimer la Picardie », s’est déclarée extrêmement émue de la situation des salariés de l’usine.« Après Continental, c’est une nouvelle catastrophe humaine qui s’abat sur la Picardie. Aujourd’hui, je pense à chacun des salariés de l’usine Goodyear d’Amiens et à la situation dans laquelle ils se retrouvent, eux et leurs familles. Si nous savions depuis quelques temps que de véritables menaces pesaient sur ce site et sur ses employés, la confirmation officielle, ce matin, de 817 licenciements est un véritable coup de tonnerre dans les foyers qui vivent depuis de nombreuses années de leur travail pour Goodyear » a déclaré Caroline Cayeux.

 Communiqué de presse de Philip CORDERY et Gilles PARGNEAUX
Plan social chez Goodyear Amiens A l’issue de la tenue du comité central d’entreprise de Goodyear, aujourd’hui 26 mai, la direction a annoncé un plan social de 817 licenciements au sein de la division tourisme et la vente de la division agraire de l’usine d’Amiens Nord. Cette nouvelle catastrophe industrielle pour la Picardie est la conséquence directe de l’Europe libérale que nous lègue la droite, au pouvoir depuis 5 ans, qui a fait le choix de la déréglementation, du dumping social et fiscal, et de l’absence d’une politique industrielle d’envergure. Après Continental, Creyssensac, ZF Sachs, Valéo, et maintenant Goodyear, qu’attend le gouvernement pour réagir et réclamer les fonds européens disponibles pour faire face à ces désastres économiques et sociaux ? Nous, socialistes, nous engageons à lancer un grand plan de sauvetage de la filière automobile picarde, en faisant pression sur le gouvernement français pour qu’il demande une partie du fonds d’ajustement à la mondialisation à l’Union Européenne, tout comme l’a fait le gouvernement socialiste espagnol pour venir en aide au secteur automobile confrontées à des licenciements massifs. Nous nous refusons à laisser mourir l’industrie automobile picarde, et entendons au contraire lui donner les moyens de préparer l’avenir. Nous, socialistes, refusons de continuer avec cette politique du moins-disant social. Nous nous engageons à mettre en place un salaire minimum dans toute l’Europe, qui réglera le problème des délocalisations inter-Union Européenne, à insérer une clause sociale dans toutes les législations européennes, et à mettre en place un Pacte de l’Emploi. Avec la triste issue de Goodyear, ce sont hélas une nouvelle fois les salariés qui payent les frais de la politique de déréglementation de la droite au niveau européen, comme en France.

Le groupe MPA Avenir:
 Solidaire des salariés de Good Year, appelle à l’unité politique pour maintenir l’emploi à Amiens Consternés par l’annonce de la suppression de 817 postes chez Good Year France Amiens, les membres du groupe MPA Avenir appellent à une unité politique sans faille de l’ensemble du Conseil Municipal d’Amiens. Le groupe MPA Avenir souhaite que le conseil municipal extraordinaire décidé jeudi dernier par tous les élus, se réunisse dans les plus brefs délais pour traiter la question du devenir de Good Year, de ses salariés et de leurs familles.Le groupe MPA Avenir appuiera de toutes ses forces les démarches et initiatives tendant à maintenir l’emploi à Amiens.

Communiqué du NPA.
 La direction de Goodyear Dunlop tue l'emploi. La direction de Godyear Dunlop repart à l'attaque et vient d'annoncer sa décision de supprimer 820 emplois à Amiens Nord, soit plus de 50% du personnel employé sur le site. Après avoir dû reculer en mars 2008, faute d'avoir respecté les procédures légales, la direction persiste dans sa volonté de faire payer la crise aux salariés. Le ralentissement économique invoqué par la direction ne doit pas faire oublier les profits engrangés, année après année, par les grands groupes industriels et dont les salariés n'ont pas vu la couleur.D'un côté le patronat de l'automobile empochent plusieurs milliars d'euros, de l'autre, les licenciements pleuvent chez les constructeurs et dans les entreprises travaillant pour l'automobile. Du côté du MEDEF et du gouvernement Sarkozy-Fillon qui volent au secours des banquiers et des patrons, ce n'est que cynisme et mépris pour les salariés et leurs familles, victimes de ce drame social qu'est le chômage. Pour les salariés de Goodyear Dunlop, l'urgence c'est de se mobiliser, dans l'unité, pour mettre en échec le plan de la direction, l'obliger à annuler les 820 licenciements prévus et exiger une loi d'interdiction des licenciements. Cette exigence, le NPA la porte dans les mobilisations sociales et dans la campagne électorale pour les européennes.

 Communiqué de presse de la  CGT:
 La direction est seule responsable.Une CGT en action La direction de Goodyear a annoncé par voie de presse son intention de stopper l’activité tourisme sur l’usine d’Amiens Nord avec à la clé 820 suppressions d’emplois et la mise en oeuvre d’un projet sur la production FARM qui pourrait se traduire par la vente de l’agraire. Pour l’Union Départementale CGT de la Somme, cette annonce est scandaleuse sur la forme et sur le fond. Cette direction ignore le respect des salariés et de leurs représentants syndicaux puisqu’elle bafoue les procédures légales en matière d’informations des institutions représentatives du personnel. Elle refuse obstinément de débattre, avec l’ensemble des acteurs, des propositions élaborées par les organisations pour pérenniser le site. Sa volonté a toujours été de privilégier la rentabilité financière au détriment de l’investissement en matière de qualification, de sécurité, de formation, etc. Cette logique a des conséquences sociale et économique désastreuses pour les salariés du groupe mais également pour les habitants de notre département. Pour la CGT, la direction est seule responsable. Mais l’heure n’est pas à la lamentation. Avec l’ensemble des salariés du groupe Goodyear/Dunlop, de la branche caoutchouc et du département de la Somme nous voulons poursuivre le combat pour faire échec à ce plan et imposer d’autres choix permettant le développement de l’entreprise. L’Union Départementale CGT de la Somme renouvelle sa proposition de réunir rapidement une table ronde avec l’ensemble des acteurs afin de travailler à une alternative. L’Etat et les collectivités locales doivent impérativement aider à sa réalisation. L’octroi de fonds publics sans exiger de contrepartie est inefficace et source de gâchis. L’urgence est à imposer un moratoire aux projets de la direction pour travailler à une autre perspective. Cela suppose une distribution des richesses orientée vers l’augmentation des salaires, l’investissement industriel, la formation qualifiante. Procurer des droits d’intervention dans les stratégies d’entreprises aux salariés et à leurs représentants légitimes pour un développement répondant aux besoins devient une nécessité urgente. La CGT s’emploiera avec les salariés et l’ensemble des forces syndicales à gagner ces avancées
GB pour presse indepicarde

Publié dans Mouvement Social -

Commenter cet article

Seb 27/05/2009 08:41

Et Maxime? il n'à toujours pas réagi?il doit etre encore sur le quartier nordà eteindre  ou rallumé des feux!!!!!!!!!!suivant son humeur

jesss 26/05/2009 21:42

Pfff et Caroline Cayeux de l'UMP qui s'exprime, c'est la meilleure ca! L'UMP qui a mal au coeur pour les ouvriers, alors que c'est eux qui les exploitent! on aura tout vu!!! De l'hypocrisie de haut vol. C'est vrai que le gouvernement fait tout pour ne pas que ces catastrophes se produisent, en donnant les avantages fiscaux aux plus riches, en baissant les aides sociales, en demandant de "travailler plus pour gagner plus". Beurk, ca me dégoute, elle n'a même pas honte! Pour reprendre une expression d"jà vue ici, je pense que ce communiqué peut prétendre au titre de "diarrhée verbale".Qui sème la misère récolte la colère.

nelson 26/05/2009 21:26

Et L ump qui communique ils n ont pas Honte!!!!!!!!!!!!!!!que fait Sarko fageque fait  lagardeque fait  fillonqui dirige ce pays bordel de merde!!!!!!!!!!  c'est bien la droite  merdeau lieu d'envoyer des fliks dans les ecoles qu il téléphone a OBAMA!!!!!!!

Fred 26/05/2009 14:59

Apres Amiens Nord c'est au tour de la zone qu il faut tout brulé

Anar picard 26/05/2009 14:57

c'est une honte , ils faut tout cassé enculé de patrons voyoux