Bande annonce du documentaire Chronique d’une délocalisation programmée

Publié le par Presse indéPicarde


Bande Annonce du documentaire Goodyear

Parole d’ouvriers ou chronique d’une délocalisation programmée
 Auteur: Laffitte Mourad Réalisation Laffitte Mourad – Yves Boutillier Pays: France Année de Production: juillet 2009 Catégorie: Documentaire Durée: 52 minutes • Un lieu : Amiens • Un temps : celui de la réflexion, 3 ans au coté des salariés de l’usine Goodyear • Synopsis : Ce documentaire relate l’histoire de centaines d’ouvriers d’Amiens en Picardie face à l’arrogance et l’irresponsabilité des grands patrons- de multinationales américaines. Il se compose deux volets : -Le premier volet recueille le témoignage de 4 salariés qui nous dévoile leurs combats, les conditions de travail -Le second relate 3 ans de combat à travers un bras fer entre une direction française et européenne.

Publié dans culture

Commenter cet article

patrick 23/08/2009 22:21

bravo mourad tu comprend les ouvriers a travers ton reportage tu es avec nous il faut lutter contre les delocalitions au profit des actionnaires

Nicolas Sark....... 13/08/2009 00:48

Nous somme au mois d'aoutvous travaillez trop Mourad!!Gare au malaise vagal!!

Claire 11/08/2009 23:23

Salut j'ai reçu votre mailje suis en Espagne et ne rentre que fin novembre. S'il y à un DVD pas de problemeSalutationClaire.

Martin 11/08/2009 22:47

Je trouve le sujet intéressant. Bien entendu c’est avec plaisir que Je le verrai, même si je vous soupçonne d’un manque d’objectivité, ce qui est votre droit. Cela dit j ai une question qui me taraude Qui vous finance ? Quel syndicat ? Un parti politique ?cordialement
 

Mourad pour Presse indéPicarde 11/08/2009 23:04



Martin
Pour répondre à votre question
Sur le financement il n’y a aucune centrale syndicale
Aucun parti politilique . Ce documentaire  revient en investissement à 3500 euros environ.
et trois ans au coté des Goodyear.
La liberté a un prix qu’il convient de payer.
Cordialement



Claude 11/08/2009 22:16

Bon boulot, j'ai hate de le voirbonne vacanceClaude