Goodyear: la justice suspend le plan de restructuration à Amiens

Publié le par Presse indéPicarde

Le tribunal de grande instance de Nanterre a suspendu vendredi le plan de restructuration de l'usine de pneumatiques Goodyear d'Amiens-Nord, prévoyant 820 suppressions d'emplois, après un recours déposé par le Comité central d'entreprise (CCE) et la CGT. Le tribunal suspend "l'information/consultation du plan de restructuration présenté à compter du 26 mai 2009 jusqu'à ce qu'il ait été satisfait à cette information", indique le texte du jugement Il constate "que les informations données au comité central d'entreprise sont incomplètes sur la restructuration du site d'Amiens-Nord" et souligne que "le plan présenté n'est pas complet sur le devenir de la production des pneumatiques agricoles". L'entreprise Goodyear Dunlop Tires France a immédiatement réagi en soulignant dans un communiqué qu'elle se réservait "le droit de faire appel". Selon l'avocat des salariés, Me Fiodor Rilov, "ce jugement porte sur la violation d'articles élémentaires du droit du travail". "Il révèle à quel point Goodyear n'a aucune justification à proposer concernant ces licenciements", a-t-il dit."Le groupe fait des bénéfices colossaux, Goodyear France est très largement bénéficiaire. Dans un contexte économique comme celui d'aujourd'hui, il est dangereux et inadmissible de jeter des centaines de familles dans le désarroi social", a-t-il affirmé. De son côté, Virgilio Mota da Silva, délégué Sud chez Goodyear, a estimé que "la direction démontre une fois de plus son incompétence et le paye".

Amiens: Les réactions
 
Le COMITÉ DE LIAISON DE LA GAUCHE AMIÉNOISE POUR LA DÉFENSE DE L’EMPLOI :
 (MRC – Les Verts – PCF – PRG – PS) L’annulation du plan social constitue un grave désaveu de la Justice à l’égard de la Société « Good Year » qui a cru pouvoir mépriser les règles élémentaires du Droit du Travail de tous les salariés. C’est une raison supplémentaire qui doit conduire le Gouvernement trop silencieux à exiger l’abandon de toutes fermetures et à favoriser un vrai plan économique de modernisation et de relance des activités des sites d’Amiens. Avec cette mise en échec du projet de fermeture et de licenciements de plus de 800 salariés, c’est surtout une indiscutable victoire du combat syndical et de tous les salariés qui conduisent avec le soutien de la ville d’Amiens, du Conseil général et du Conseil régional, une lutte exemplaire et déterminée. Le Comité de Liaison de la Gauche Amiénoise pour la Défense de l’Emploi appelle les Amiénoises et les Amiénois à accentuer leur pression sur la direction américaine et à s’associer massivement à la campagne d’interpellation pour le soutien des « Good Year » qu’il lancera dans les jours prochains. MRC – Les Verts – PCF – PRG – PS

 Jean-Luc BELPAUME Conseiller Régional de Picardie: se félicite du jugement rendu ce jour par le TGI de NANTERRE concernant le PSE (plan social) et qui accorde un sursis aux salarié-e-s et aux syndicats du site GOODYEAR et réaffirme son entier soutien à ceux qui luttent pour garder leurs emplois. Après un recours déposé par le Comité central d'entreprise et la CGT, le Tribunal constatant qu’il manque des informations "sur la restructuration du site en ce que le plan présenté n'est pas complet sur le devenir de la production des pneumatiques agricoles", le TGI suspend "l'information/consultation du plan de restructuration présenté à compter du 26 mai 2009 jusqu'à ce qu'il ait été satisfait à cette information". C’est la 2ème fois que le tribunal de Nanterre donne raisons aux salarié-e-s de GOODYEAR, il avait interdit pour non respect des procédures légales le premier plan social qui prévoyait 402 suppressions d’emplois. Il n’y a que les combats non menés qui sont perdus à l’avance. Que dire sur le site voisin de GOODYEAR Amiens, en effet un syndicat (CFTC) signataire des 4X8 chez DUNLOP explique qu’il s’inquiète sur l’avenir de l’usine, le site malgré les 4X8 serait moins compétitif qu’en 2008 ! Les syndicats signataires vont (enfin) comprendre que la direction et les actionnaires de GOODYEAR / DUNLOP sont dans la même stratégie que ceux de CONTINENTAL, faire abandonner les acquis aux salarié-e-s, faire du chantage à l’emploi, etc. et pour finir fermer l’entreprise.

Joint par téléphone un proche de Gilles Demailly qui était avec ses troupes au séminaire de Forges-les-Eaux nous a fait savoir que le Maire s’est tenu informé minute par minute de la décision du Tribunal de Nanterre. Amiens : Communication et politique ne font pas bon ménage. Paradoxalement, vendredi entre vingt heures et minuit, dans le cadre du séminaire ce créneau horaire était consacré à la communication. Pourtant, aucun communiqué de presse émanant de la ville d’Amiens n’a été transmis aux rédactions, concernant la réaction de Gilles Demailly.
Laffitte Mourad et Yves Boutiler

Publié dans Mouvement Social -

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article