Tollé autour des déclarations du ministre Brice Hortefeux la réaction de Fadela Amara

Publié le par Presse indéPicarde

Tollé autour des déclarations du ministre Brice Hortefeux
 Les propos tenus par le Ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux soulèvent un véritable tollé à gauche mais également dans le camp démocrate. Le week-end dernier, lors de l'université d'été de l'UMP à Seignosse (Landes), une femme a déclaré à Brice Hortefeux : « C'est notre petit Arabe », en allusion à un jeune militant. Brice Hortefeux a poursuivi : « Il en faut toujours un. Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes. »
   

Fadela Amara secrétaire d’État chargée de la Politique de la ville en visite ce matin.
Nous l’interpellons suite aux propos tenus par le Ministre de l'Intérieur le MRAP porte plainte contre les propos du ministre de l'Intérieur et demande sa démission son poste ministériel. Fidèle à ses principes d'une lutte sans concession contre le racisme sous toutes ses formes, quels qu'en soient les auteurs ou les lieux, le Bureau exécutif du MRAP réuni lundi 14 septembre 2009, a pris la décision de faire citer devant le tribunal correctionnel du chef de diffamation à caractère raciste M. Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, pour les propos profondément humiliants et attentatoires à la dignité et la considération des personnes d'origine arabe.
 En ligne prochainement des reportages sur la visites dans les quartiers d’Etouvie et Amiens-Nord, la visite du collège César-Franck ainsi que le quartier Brossolette, où se préparent des projets de rénovation urbaine.et une rencontre avec les représentants de la police nationale et des habitants du quartier qui font partie du comité de liaison police-quartier.
Laffitte Mourad- Anthony M

Publié dans politique

Commenter cet article

Aurore 16/09/2009 22:59

Rachida Dati,  Au micro de JMA sur RTL: "Le racisme, ce n'est pas de l'humour La députée européenne, membre du Groupe du Parti Populaire Européen, répondait mardi matin aux questions de Jean-Michel Aphatie. L'ex-Garde des Sceaux a estimé que les propos de Brice Hortefeux au côté d'un jeune militant UMP d'origine arabe n'étaient pas de "l'humour", mais "une maladresse", jugeant toutefois qu'après "les regrets" du ministre de l'Intérieur, il fallait "tourner la page". Et d'ajouter : "Pour moi, le racisme, c'est pas de l'humour, c'est une infraction pénale.
Mon opinion: Mais que fait encore cet homme au gouvernement après un tel comportement?

LL 16/09/2009 01:21

Dans ce triste épisode supplémentaire des gaffes gouvernementales, on prends des gants même dans les médias. On ne parle plus de propos racistes tout court mais de "propos contestés", "propos controversés", de "propos ambigüs", de "dérapage verbal" et je ne sais quoi encore. C'est çelà que le dicton "noyer le poisson dans l'eau", c'est çelà que l'adage "cacher le soleil avec un tamis". Mais en dehors des propos irréfutablement "racistes" plus précisément "anti-arabe" ou "anti-muslman" de Brice Hortefeux, c'est surtout le dégoûtant procédé du 02 poids - 02 mesures des gouvernants de la France "patrie des droits de l'homme" qui sont pls répugnants encore.Souvenons-nous des réactions instantanées et des mesures fermes et énergiques prises à l'encontre du préfet Paul Girot de Langlade et surtout de Bruno Guigue le sous-préfet de Bègues. Souvenons-nous des déclarations d'indignation et de condamnation à tous les niveaux ainsi que du tollé général soulevé suite aux déclarations de Dieudonné, de Siné et de la banderole des supporters du PSG souhaitant la bienvenue aux Chti's lors de la finale contre le RC lens au Stade de France.La tentative désepérée, ridicule et pitoyable du ministre est aussi déplorable que ses propos racistes en essayant de dévier "sa plaisanterie" sur les auvergnats comme-ci pour ces derniers la consommation d'alcool et de viande porcine était proscrite. Bien misérable justification ou échappatoire d'un piètre ministre qui en se prétendant exellent médecin n'a finalement fini qu'à démontrer que c'est un grand malade.Quant à Amine Benalia-Brouch, le militant UMP directement concerné par les propos raistes du ministre, il doit se mettre dans le ciboulot que si son soutien partisan est compréhensible pour la suite de sa carrière dans le parti de droite, il n'en demeure pas moins qu'il ne détient pas la représentation exclusive des maghrébins et des musulmans encore moins de celle des auvergnats.

Brice de Nice 15/09/2009 23:11

Brice Hortefeux : "Je ne ferai pas d’excuses !"Faut pas non plus exagérer, on lui en demande pas tant si déjà il démissionne : nous sommes farouchement hostiles à l’ignominie de la double peine.

Patrice 15/09/2009 22:59

Bien sûr, c'est la faute d'internet ! Comme toujours ! Installons un mouchard sur chaque ordinateur et un flic derrière chaque internaute pour voir qui sont les vils terroristes qui critiquent ce gouvernement...

Marine 15/09/2009 22:41

La majorité met en cause internet dans l'affaire Hortefeux
La majorité de droite française met en cause le rôle d'internet dans la violente polémique visant des propos jugés racistes du ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, qu'il conteste.
Après plusieurs conseillers de l'Elysée, le ministre de la Relance Patrick Devedjian et son collègue de l'Immigration Eric Besson ont estimé dimanche que l'épisode témoignait d'un fonctionnement malsain de la "Toile". Seraient, selon eux, mis en exergue des propos tenus dans un contexte privé, interprétés de manière contestable.
L'UMP va-t-elle nous inventer une loi pour interdire toute image d'internet dans les médias français quand celui-ci met en cause un ministre ou un homme politique ? L'UMP qui n'a pas eu de problèmes avec la vidéo de Ségolène Royal sur sa discussion avec des profs mise sur internet ni sur Valls... Pauvre UMP: elle devient pathétique.